Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 13:19



Nous vous souhaitons la bienvenue 
sur le Blog du Choeur "Claye Vocale"

logo-new.jpg


 

  iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiittttttttttttttttiiiii édition internationale        cliquer      

 

 


Nouveau Choeur
Le blog du choeur "Claye Vocale" est à présent desactivé.
Si vous désirez connaître les programmes, l'activité, et toutes les 
informations sur les concerts du
"Festival de Musique de Claye-Souilly"
et du Choeur "Odyssées"
rendez-vous sur le blog
festivalclaye.fr

ou cliquez
ICI
 

Nous invitons les personnes non encore abonnées
à la lettre d'information du nouveau choeur,
à inscrire leur e-mail dans la case "newsletter"
dans la colonne de droite du blog festivalclaye.over-blog.com
 

A défaut elles ne recevront plus d'information
sur le "Festival" en 2010.


     La dissolution du Choeur "Claye Vocale"
a été décidée par une
Assemblée Générale Extraordinaire
 le 30 novembre 2009
    L'association "Festival de Musique de Claye-Souilly"
et le Choeur "Odyssées"
ont repris les activités
du Choeur "Claye Vocale"
    Pour toute information sur la nouvelle Association
 "Festival de Musique de Claye-Souilly" - Choeur "Odyssées"
    Cliquer ICI
       
Tous les renseignements concernant le

   Choeur "Claye Vocale" 

sont sur l'article "Informations générales"

Cliquez ICI


Ecoutez des extraits des enregistrements
du Choeur "Claye Vocale"
en cliquant ICI
(puis sur l'icône "haut-parleur" en face de l'extrait choisi.)




  
    Prochains concerts    



Pour connaître le programme

de tous les concerts
prévus par le Choeur du
"Festival de Musique de Claye-Souilly"
cliquer
ICI

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - --

 Pour écouter le "Concerto de l'Adieu" de G. Delerue
Orchestre dirigé par A. Charron
Violon solo : Taiping Wang

cliquer ICI


--------------------------------------------

Repost 0
Published by CLAYE VOCALE
commenter cet article
6 mai 1994 5 06 /05 /mai /1994 08:35

 

 



Nouveau Choeur


Le blog du choeur "Claye Vocale" est desactivé.
Si vous désirez connaître les programmes, l'activité, et toutes les 
informations sur les concerts du
"Festival de Musique de Claye-Souilly"
et du Choeur "Odyssées"
rendez-vous sur le blog
www.festivalclaye.fr


  

  Le Choeur "Claye Vocale"en concert à Notre-Dame de Kazan
Saint-Pétersbourg (Russie) - Août 2006


          
      Informations générales                 
 
Choeur Claye Vocale - Association loi 1901 - Siège social : Hôtel de Ville - Claye-Souilly (77410) 

   

Martine Deschamps
Dernière Presidente du Choeur


Présidente : Martine Deschamps
Vice-Président : Gérard Chauvaux
Trésorier : Annie Desmet 
Trésorier adjoint : Jean-François Ligner 
Secrétaire :  Danièle Tual 
Chef de choeur : Marie-Hélène Caspar
Contact : téléphone et télécopie : +33 (0) 1 60 26 13 53
Courriel :  
mh.caspar@wanadoo.com  
Blog du Festival de Musique de Claye-Souilly :  www.festivalclaye.over-blog.com   
Blog international du choeur : 
http://festivalclaye.international.over-blog.com/
    
     
            Historique            
                           
Le Choeur "Claye Vocale" a été créé en 1984 à Claye-Souilly (Seine-et-Marne). Depuis 1986, il est dirigé par Marie-Hélène Caspar. Composé d'environ une soixante de choristes, il a participé à des rencontres chorales internationales en France et à l'étranger. Il a chanté sous la direction de grands chefs : Jean-Walter Audoli (Messe du couronnement de Mozart), Patrick Marie Aubert, Fabrice Chollet (Requiem de Fauré), Terence Waterhouse (Magnificat de Vivaldi), Haïk Davtian (Messa di gloria de Puccini).

L'échange choral entre le Choeur "Claye Vocale" et le Choeur "Città di Soave" de Soave (Vérone - Italie) a été à l'origine du jumelage entre les villes de Claye-Souilly et de Soave. Si vous souhaitez en savoir plus sur la charmante ville de Soave, consulter le site :
www.comunesoave.it

Le Choeur "Claye Vocale" a été dissout le 30 novembre 2009.
Son activité a été reprise par le choeur "Odyssées" du "Festival de Musique de Claye-Souilly".
Blog du Festival de Musique de Claye-Souilly :  www.festivalclaye.over-blog.com   

Les présidents du Choeur "Claye Vocale"
Marie-Claude CROISY (1984  - 1988)
Jean-Pierre ZABALIA (1988 - 1993)
Daniel BRUGERE (1993 - 1999)
Christiane COURNILLE (1999 - 2004)
Daniel BRUGERE (2004 - 2008))
Christiane COURNILLE (2008 - 2009)
Martine DESCHAMPS (2009-2010)
 
Les accompagnateurs du Choeur 
Flûte : Philippe CABOS (1994)
Flûte de Pan : Patrice BARRE (1993)
Guitare : Luc GINOT (1994), Jean-Claude DESSERRE (1994, 1996)
Harpe : Martine JACOTIN (1999)
Hautbois : Thomas BIGEAULT (1994)
Luth : Kléber BESSON (2001, 2004)
Orgue : Jean-Jacques DONZE (1990, 1996), Jean-Paul GIPON (1991), Valéry AUBERTIN (1992), Françoise MENGHINI (1992), Jacques MALAVERGNE (1997), Joris SAUQUET (2000), Domenico SEVERIN (2007), Olivier MAINGUY (2007), Harumi KINOSHITA (2007), Elise FRIOT (2008)
Piano : Pierre CASPAR (1987, 1989), Claire DOUCOT (1989), Christian LACROUTS (1989), Hervé LIAUME (1988), Brigitte LORDAT (1989), Chantal HASQUENOPH (depuis 1991), Françoise MENGHINI (1993), Pierre-Michel KUSS (2003), Cécile CHANU (2009)
Trombone : Jean-Marc BEUVE (2007), Olivier BOURLON (2007), Sylvain MEAR (2007)
Timbales : Maxime CARON (2007, 2008)
Cor : David RANDON et Daniel CATALANOTTI (2008)
Trompette : Marc BAUER (2000), Fabrice DUPRAY (2007), Christophe SOULEILLET (2007)
Violon : Taiping WANG (2008)
Violoncelle : Jean-Baptiste GORAIEB (1996), Guillaume JACOTIN (1999), Anne TIXIER (1989, 1990), Lucille KILLIAN (1999), Caroline FARE-RABOT et Li GUO (2008).

Quatuor à cordes Wiener : Frantz Wiener (violoncelle), Cécile Wiener (violon), Isabelle FRALIN (alto), Olivier CAZABAN (contrebasse) (1999)
Quintette de cuivres : Brice PICHARD (trompette), Jean-David SOUSA (trompette), Aurélien DREAN (trombone), Stéphane GABIN (trombone), Gabriel BENLOLO (timbales)  (1997)
Quintette Eolia : Jean-Baptiste ARNOLD, Carole LAVECOT, Eric MERCIER, Brice PICHARD, Stéphane ROULLIER
Quintette Kroma : Haïk DAVTIAN (violon), Téona KARADZE (violon), Jérome DUCHEMIN (alto), Franck CHOUKROUN (violoncelle), Véronique GAUTHERON (contrebasse)  (2001)

Orchestres
Divertimento
(Chelles) : direction Patrick Marie AUBERT (1996)
Festival du Pays Briard : direction Térence WATERHOUSE (1997), Jean-Claude VINCENT (1997, 1998, 1999)
Ensemble orchestral de cuivres de Paris (2000)
Ensemble orchestral Kroma :  direction Haïk DAVTIAN (2004)
Ensemble Naïri : direction Haïk DAVTIAN (2006)
Los Calchakis :  Misa criolla (2002, 2009).
Orchestre du Festival de Musique de Claye-Souilly : direction Fabrice CHOLLET (2008)  
 
Les solistes 
Soprani : Annie BOHU (1996), Véronique RILHAC (depuis 1996), Catherine NAPOLI (1998, 2007), Joëlle BALESTIER (1999, 2001, 2006, 2007, 2008), Nathalie PATARD (2008, 2009)
Alti : Helma WARUM (1998)
Barytons : Pierre MERVANT (1995), Luc LAMBERT (1996), Vincent BILLIER (2004), Georges PALCU (2005), Arnaud MASCLET (2006, 2008), Fabrice DUPRAY (2007), Florin DEMIT (2008)
Ténors : Roland DENNERY (1997, 2007, 2008), Christian BORIE (1998), Didier ROUSSELLE (2004). 
 
 
           Marie-Hélène CASPAR -  chef de choeur          

D octeur ès Lettres, professeur des Universités (émérite), elle a enseigné pendant 35 ans la littérature et la civilisation italiennes contemporaines à l'Université Paris X - Nanterre. Spécialiste de l'oeuvre de l'écrivain italien Dino Buzzati, elle a également publié plusieurs livres et articles sur les écrivains italiens du 20ème siècle. Elle a dirigé un séminaire et une revue sur le roman  italien contemporain.

Dans le domaine musical, Marie-Hélène Caspar a suivi des cours de chant dans la classe de Janine Tavernier au Conservatoire de musique de Claye-Souilly. Formée à la direction chorale par Philippe Caillard, elle dirige le Choeur "Claye Vocale" depuis 1986. 

Sous sa direction, le Choeur de Claye-Souilly a atteint un excellent niveau qui lui permet de donner des concerts en France et à l'étranger et de faire des tournées dans de nombreux pays : Etats-Unis, Canada, pays d'Europe centrale, Allemagne, Italie, Grande-Bretagne, Tunisie, Chine etc.

En août 2006, le Choeur a participé au prestigieux Festival de chant choral "The Singing World" à Saint-Petersbourg (Russie). Voir détails plus bas.

En 2006, Marie-Hélène Caspar a créé, en partenariat avec la Ville de Claye-Souilly,  le Festival International de Musique de Claye-Souilly dont elle assure la direction.  Détails sur le site
www.festivalclaye.over-blog.com 
 
 
               Répertoire            

Chants sacrés, messes : Gaude, Mater Polonia (anonyme), Dio vi salvi Regina (Corse), Psaume 103 (liturgie hébraïque), Adieu des bergers à la Sainte Famille (H. Berlioz), Ave Maria (G. Caccini, F. Engelhart, T. Rougié), Requiem et Cantique de Jean Racine (G. Fauré), Gallia, Messe aux chapelles (Ch. Gounod), Messe en ut (A. Gramente), O quam tristis, Panis angelicus, Psaume 150 (C. Franck), Missa Brevis Sancti Joannis de Deo (J. Haydn), Alleluia (G. F. Haendel), Stabat mater (Kodály), Messa di gloria (G. Puccini), Misa criolla (A. Ramirez), Magnificat (A. Vivaldi).

Liturgie orthodoxe : Dostoino iest (anonyme), Pater noster (N. Kedroff), Slava V Vychnih Bogou (Strokine), S' Nami Bog (anonyme), Tebe Poem (D. Bortnianski et P. I. Tchaïkovski).
 
Gospels, negro spirituals: Amazing Grace, Deep River, Free at Last, Keep your Lamps, Kumbaya, Soon A Will Be Done, Rock My Soul, The Storm is passing over, We Shall Overcome, Were you there.

Chants de la Renaissance : Alta Trinità beata (anonyme), Ay linda amiga, Tourdion (anonyme), Regina coeli (G. Aichinger), Pavane (T. Arbeau), La, la, la, je ne l'ose dire (P. Certon), Je vois de glissantes eaux (G. Costeley), Ce moy de mai (C. Janequin), Mon choeur se recommande à vous (R. de Lassus), Gaillarde (C. Gervaise), Tant que vivrai (C. de Sermisy), So ben mi ch'a bon tempo (O. Vecchi).

Musique des 17ème et 18ème siècles : Cantate 184, Jesus bleibet meine Freude (J. S. Bach), I cieli immensi narrano (B. Marcello), Ave verum, Laudate Dominum, Nocturnes (W. A. Mozart), Come Ye Sons of Art, Funérailles de la Reine Mary (H. Purcell).

Musique du 19ème siècle : Wiegenlied, La rivière dans la vallée, Le ménétrier (J. Brahms), Locus iste, Pange lingua, Tantum ergo (A. Bruckner), Barcarolle des contes d'Hoffmann, Le jugement de Pâris (La Belle Hélène (J. Offenbach), Salve regina, Heilig (Deutsche Messe) (F. Schubert), Choeur des esclaves, La Vergine degli angeli (La force du destin)  (G. Verdi), Choeur des pèlerins (Tannhaüser, R. Wagner), Dal tuo stellato soglio (Mosè) Rossini).


Musique du 20ème siècle :


Chansons populaires du monde :

Acadie
: Partons la mer est belle, Ave, maris stella ; Afrique du Sud : Südafrika ; Amérique du Sud : El condor pasa, La Sandunga ; Croatie: Moja diridika, Vuprem oci ; Espagne : Eres tu ; Etats-Unis : Le bleu de l'été, Nous marchons dans le ciel, Verte campagne, What a Wonderful World ; France : Anachroniques, les saltimbanques, Complainte de Mandrin, Don Leon, File la laine, Maitea nun zira (Pays basque), Méli mélo, Nous irons à Valparaiso ; Irlande : Oh ! Arranmore ! ; Italie : La sacra spina, Signore delle cime, Gerusalemme (B. De Marzi), La domenica andando alla messa, Belle rose du printemps, Les plaisirs sont doux ; Jamaïque : Jamaïca Farewell; Pays de Galles : David of the white rock ; République tchèque : Prière des frères moraves, Tancuy. O fortuna (Carmina burana, C. Orff), Exsultate justi (J. Williams), I 'm dreaming of home (Ph. Rombi), extraits de Dogora (Etienne Perruchon)

Noëls : Douce nuit (R. P. Barjon), Noël de la Marche des Rois (G. Bizet), Minuit, chrétiens (F. Brun), Jubilemus, exultemus (F. Couperin), Entre le boeuf et l'âne gris, Pâtres vaguant dans les montagnes (F. A. Gevaert), Noël (M. Praetorius), 3 choeurs de l'Oratorio de Noël (C. Saint-Saëns), Jingle bell ; noël chilien : Señora Doña Maria, noël tchèque : Pujdem spolu, noëls ukrainiens : Spé issoussè spé, Nova radis stala, Adeste fideles (J. F. Wade). 


 
Des extraits peuvent être écoutés en cliquant ICI

 
  
         Choeurs et groupes étrangers reçus à Claye-Souilly        
 

Juin 1992
:
  Chorale St Norbert de Cologne-Dellbrück (Allemagne)
Novembre 1993 : Chorale Praetorius Gezelshap et Quintette de flûtes « La Capriola » de Bornem (Belgique)
Avril 1994 : Choeur « Città di Soave » de Soave (Italie).
www.corosoave.altervista.org
Novembre 1994 :   Choeur Vlastimil de Litomysl (République tchèque)
Juin 1995 :  Ensemble « Pro Musica » de Târgoviste (Roumanie)
Juillet 1999 : Chorale de Springfield (Virginie - U.S.A). Site :
www.springfieldchorale.org
Octobre 1999 : Chorale « Sainte-Cécile » de Walferdange (Luxembourg)
Avril 2000 : Choeur "Città di Soave" de Soave (Italie)
Novembre 2000 : Ensemble vocal "Klapa Sufit" de Split (Croatie) Site : www.sufit.hr
Juin 2001 :  Chorale « La Lyre » de Budapest (Hongrie)
Janvier 2002 :  Choeur « Frauenchor » de Constance (Allemagne)
Mars 2002 : « Grand Choeur de l'Opéra d'Etat Moussorgsky » de Saint- Pétersbourg (Russie)
Juin 2002 : Chorale de Springfield (Virginie - U.S.A)
Novembre 2002 : Choeur « Toonbeeldkoor » de Castricum (Pays-Bas)
Janvier 2003 : Chorvereinigung de Salzbourg (Autriche).  
                      Coral Agora de Ségovie (Espagne) Site :  www.coralagora.com
Juin 2003 :   Schola Cantorum de Cracovie (Pologne)
Janvier 2004 : Corale polifonica Angelicus de Salerne (Italie) 
                      Coro de Las Aulas de tercera edad de Vitoria (Pays Basque, Espagne)
Juillet 2004  :  Groupe vocal « Atmosphère » de Beauport (Québec, Canada)   
                      Site : 
www.cbculture.qc.ca/groupevocal/atmosphere.htm
Mars 2005 : Collegium Cantorum Nicolae Oancea de Bucarest (Roumanie)          
Mars 2006Festival International de Musique de Claye-Souilly : 
 
                   Choeur d'hommes South Woodham Ferrers (Angleterre). 
                    Site : 
www.swfmvc.org.uk 
                    Ensemble Subboteya de Saint-Pétersbourg (Russie)

                    Site :  www.subboteya.ru/Home/Photogallery/Photogallery-eng.shtml 

Décembre 2006 : Brugs Mannenkoor de Bruges (Belgique)
Mars 2007 : Ensemble vocal « Klapa Sufit » de Split (Croatie)
Mai 2007 : Choeur de la Radio et de la Télévision de Mongolie-Intérieure (Chine)
Décembre 2007 : Youth Tavrida Choir (Simféropol - Ukraine)
9 février 2008 : Festival International de Musique de Claye-Souilly : Orchestre National   de Shanghai (Chine)
6 avril 2008 : Festival International de Musique de Claye-Souilly : (Roumanie)
7 décembre 2008 :  Coral Santa Lucia de Llodio (Pays basque espagnol)
                                   site : http://www.coralsantalucia.com/
31 janvier 2009 : Ensemble Subboteya de Saint-Pétersbourg

                       site : www.subboteya.ru/Home/Photogallery/Photogallery-eng.shtml
1er février 2009 : Los Calchakis 
                       site : www.calchakis.com/
29 mars 2009:        chorale Epilogi de Limassol (Chypre)
                           
Des photos de certains groupes reçus à Claye-Souilly sont visibles sur le Blog international du Choeur. Cliquez ICI

             Concerts donnés à l'étranger         

Mai 1991 : Cologne (Allemagne)
Juin 1993 : Soave (Italie)
Mai 1994 : Bucarest, Targoviste (Roumanie)
Août 1996 : Prague, Litomysl, Kraliky (République tchèque)
Septembre 1998 : Walferdange (Luxembourg)
Mai 1999 : Soave (Italie)
Avril 2001 : Springfield et Staunton (Virginie), Gettysburg (Pennsylvanie), Vienna (Virginie) (Etats-Unis)
Décembre 2001 : Castricum (Pays-Bas)
Mai 2002 : Budapest (Hongrie)
Août 2003 : Québec, Rimouski (Québec, Canada), Bathurst (Nouveau Brunswick, Canada)
Mai 2005 : Cracovie, Wieliczka (Pologne)
Juin 2005 : Arcole, Lonigo, Soave, Breganze (Italie)
Avril 2006 : Sibiu, Bucarest (Roumanie)
Août 2006 : Saint-Pétersbourg (Russie)
Mai 2007 : Chelsmford (Angleterre)
Mai 2008 : Carthage (Tunisie)
Novembre 2008 : Bruges (Belgique)
Avril 2009 : Tournée en Chine 
  
Des photos de certains concerts donnés à l'étranger sont visibles sur le blog international du Choeur.
Cliquez
  ICI



 
                Enregistrements             

 
 
 
 


Choeur "Claye Vocale" - Chorale Tutte Voci - Ensemble Naïri (2004)
- Spendiarov (Etudes symphoniques, Etudes sur des thèmes juifs) - Baghdassarian (Nocturne pour alto et orchestre), Puccini
(Messa di gloria)
.
Choeur "Claye Vocale" - Quintette Khroma (2002) - Noëls traditionnels et sacrés - Douce nuit, Noël (Praetorius) - 2 Noëls (F. A. Gevaert) - Adeste fideles, Jingle bells - Panis angelicus (C. Franck) - Noël de la Marche des Rois (G. Bizet) - Minuit, chrétiens (A. Adam), 3 choeurs de l'Oratorio de Noël (C. St-Saëns) - Missa Brevis Sancti Joannis de Deo (J. Haydn) - 3 petites suites russes (Quintette Khroma).
 
Choeur "Claye Vocale" (1999) - Liturgie orthodoxe : Slava Vychnih Bogou, Dostoino iest, Pater noster, S'nami Bog; Ch. Gounod : Gallia; A. Vivaldi : Magnificat; G. Fauré : Requiem (Extraits).

Choeur "Claye Vocale" - Chorale du Collège de Vaires (1996) - C. Saint-Saëns : Concerto pour violoncelle et orchestre (opus 33); J. - S Bach : Deuxième suite pour violoncelle solo. Sarabande; G. Fauré : Cantique de Jean Racine, Requiem.

DVD du concert donné
par le Choeur "Claye Vocale"
à Carthage (Tunisie)
le 9 mai 2008
.



Pour toute information et commande contacter :   
Martine Deschamps
Tél. 01.60.26.33.26

mddeschamps@yahoo.com 


 

 
   
 
 
 
 
 
Repost 0
Published by CLAYE VOCALE - dans clayevocale
commenter cet article
5 mai 1994 4 05 /05 /mai /1994 12:47


Nouveau Choeur


Le blog du choeur "Claye Vocale" est à présent desactivé.
Si vous désirez connaître les programmes, l'activité, et toutes les 
informations sur les concerts du
"Festival de Musique de Claye-Souilly"
et du Choeur "Odyssées"
rendez-vous sur le blog
festivalclaye.fr

ou cliquez
ICI





   Un vaste regard  
  sur la Chine de 2009  




Vous pouvez voir ci-dessous les albums photos de choristes
qui ont participé au voyage en Chine.


Nous les remercions pour leur collaboration.


Pour voir les photos dans les meilleures conditions,
cliquez sur "Diaporama" puis sur F11 (plein écran)




Album photos de Vincent Hababou
Cliquez sur la photo ci-dessous






Album photos de Christiane Cournille
Cliquez sur la photo ci-dessous





Album photos de Christine Tweedly
Cliquez
sur la photo ci-dessous





Album photos de Cécile Chanu
Cliquez sur la photo ci-dessous
 

(Il faut attendre 1 à 2 minutes avant de voir apparaître la première photo)






Albums photos de Marie-Hélène Caspar
Album 1 Cliquez
 sur la photo ci-dessous 





Album 2 Cliquez 
 sur la photo ci-dessous







Les albums ont été classés dans l'ordre de leur réception




Retour sur la page "Dernières Nouvelles"
Cliquez ICI




Repost 0
Published by CLAYE VOCALE
commenter cet article
4 mai 1994 3 04 /05 /mai /1994 17:17


Nouveau Choeur


Le blog du choeur "Claye Vocale" est à présent desactivé.
Si vous désirez connaître les programmes, l'activité, et toutes les 
informations sur les concerts du
"Festival de Musique de Claye-Souilly"
et du Choeur "Odyssées"
rendez-vous sur le blog
festivalclaye.fr

ou cliquez
ICI


Récits du voyage



 


Article paru dans le principal journal de Jiaxing, le 13 avril 2009

Chacun pourra aisément traduire le texte !


 



Article rédigé par Christiane COURNILLE
présidente du Choeur "Claye Vocale" (soprano)


Shaolin



Partis depuis une semaine déjà, nous poursuivons, en ce 17 avril, notre périple chinois avec la visite du temple de Shaolin, situé à 80 km au sud de Luoyang. Trois heures de bus suffisent pour atteindre Shaolin Si ou temple "de la Jeune Forêt". Ce temple du Vème siècle est aménagé sur les contreforts du Mont Song ("Shongshan" en chinois), l'une des 5 montagnes sacrées de Chine, dans la province du Henan, à environ 600 km au sud de Pékin. Appareil photos en main, chacun s'éparpille, la visite étant libre.



Mais une surprise nous vient de Madame Yuanyuan Li, notre accompagnatrice chinoise. Elle a réussi à obtenir pour les 4 membres de la délégation officielle (Mme Marie-Hélène Caspar, chef du Choeur Claye Vocale, M. Laporte vice-président du Conseil Général de Seine-Saint-Denis, M. Chamaillard, maire de Villiers-sur-Morin et moi-même, présidente du choeur) une audience privée auprès du plus haut dignitaire de Shaolin, le
Grand Maître Shi Yong Xin. Nous nous dirigeons donc d'un bon pas vers le lieu de l'entrevue. Emus et fiers (c'est une opportunité rarement accordée), nous passons quelques instants en compagnie du Grand Maître qui, nous dit-on, doit venir en France au mois de mai, invité par l'UNESCO. Avant de prendre congé, le Grand Maître nous autorise à prendre quelques photos en sa compagnie.


 



Nous retrouvons ensuite le groupe et continuons la visite du temple qui fut souvent pillé, incendié, détruit et rebâti plusieurs fois. C'est en 1981 qu'il fut réouvert et reçoit, depuis, la visite de nombreux chefs d'Etat.

Comment Shaolin est-il devenu le berceau du kung-fu?

C'est en 527 que le moine Bodhidarma visite le temple. Il comprend que pour de nombreux religieux, la règle  de calme et de concentration absolue nécessaire à la méditation est trop exigeante. En se fondant sur l'observation minutieuse des mouvements des animaux, il établit une méthode d'entraînement physique à la méditation qui devient le "Shaolinquan" ou boxe de Shaolin.

Ce lieu retiré, où la sagesse se transmet de maître à novice, n'attire pas seulement les moines et les pélerins bouddhistes mais aussi de nombreux touristes et des adeptes des arts martiaux qui disposent là d'une salle d'entraînement car, peut-être ne le savez -vous pas? Shaolin est le berceau du kung-fu.

Partis à la découverte des lieux, nous voici devant la fresque des 18 arhat (ce sont des saints ou des sages), peinte en 1828 et qui représente des moines dans certaines des postures que les novices du XXIème siècle cherchent toujours à imiter. Cette fresque est l'une des multiples merveilles de Shaolin (l'attroupement de touristes en témoigne).

Plus loin nous attend "Quinfo Dian" ou salle des 1000 bouddhas dont les marques sur le sol de pierre  rappellent les durs exercices de combat auxquels les moines s'exercent.

Shaolin est synonyme d'art du combat ou "Wushu", nom qui désigne les arts martiaux avec ou sans armes car il  y a plusieurs "Wushu":
      - le "Xingyiquan" qui imite les gestes de lutte de 12 animaux. Les mouvements sont simples mais les techniques complexes à maîtriser
      - le "Zuiquan" ou style de l'homme ivre
      - le "Wuzuquan" ou boxe des 5 ancêtres
      - le"Taijiquan" ou boxe du faîte suprême.

Pour approcher de plus près la réalité de cet enseignement des arts martiaux, nous reprenons le bus afin d'assister à une démonstration de kung-fu spécialement organisée pour le Choeur Claye Vocale.

Pendant 20 minutes, nous pourrons admirer la maîtrise nécessaire à la pratique du "Xingyquan" qui imite les gestes de lutte de 12 animaux (nous reconnaîtrons "la grenouille dans l'eau", "la bataille entre l'aigle et le serpent", "le singe"), tout en s'appuyant sur l'utilisation du "Qi", l'énergie vitale. De  jeunes novices, voire même de très jeunes garçons, sont à Shaolin pour bénéficier de cet enseignement.



 






 
       
     



 


Notre délégation officielle sera ensuite reçue par le Maître Shi Yan Lu, responsable en chef de la formation des moines guerriers. Une fois encore, les appareils photos seront à l'oeuvre et des cadeaux échangés.

Avant de nous séparer, le Grand Maître remettra à chaque membre de la délégation une calligraphie exécutée de sa main. Chacun des 74 participants à l'aventure recevra en souvenir le DVD, le calendrier et la brochure relatant la vie et l'activité du temple.




Il est grand temps cependant de reprendre la route car ce soir  le Choeur Claye Vocale a le bonheur de donner un concert avec la chorale de l'Université de Zhengzhou (8 millions d'habitants) dans une salle de 1800 places. Gageons qu'amitié, chants, féerie de couleurs, rires et appareils photos seront au rendez-vous.

QUEL VOYAGE!




Article rédigé par Christian Griveau
membre bienfaiteur du Choeur "Claye Vocale"

Xi'An



Des années durant, mon activité professionnelle m'a permis de séjourner à Pékin et de visiter des sites sacrés et mythiques de la civilisation chinoise. Cependant, jamais je n'avais eu le temps de visiter ni l'ancienne cité impériale de Xi'an ni, à 30 km à l'est de Xi'an, à Quin Bimgmayong, l'armée des guerriers immortels de l'empereur Qin Shi Huangdi. Aujourd'hui retraité, c'est grâce au Choeur Claye Vocale  que j'ai eu, avec 73 autres participants, la chance de réaliser ce rêve.


Xi'an, ville moderne de cinq millions d'habitants, est l'une des anciennes capitales de la Chine. Après la réunification des royaumes combattants, en 220 av J.- C., oeuvre de l'empereur Qin Shi Huangdi, fondateur de la dynastie QIN, le nouveau pays passa d'un régime féodal à un gouvernement centralisé et le nom de son créateur lui restera pour l'éternité. Xi'an était alors une ville fortifiée entourée par une enceinte de remparts de quatorze kilomètres de longueur renforcés de douves.

Aujourd'hui cet ouvrage est remarquablement conservé et entretenu. Il enserre la vieille ville d'architecture délibérément chinoise dont la hauteur ne doit pas dépasser celle des tours de guet situées sur ces fortifications, soit environ quatre étages.

 

Xi'an était le point de départ de la route de la soie (en fait il y avait différents trajets pour atteindre les pays de l'Ouest). Voies de commerce et de civilisation empruntées par les caravaniers chinois allant jusqu'à la mer Méditerranée, jusqu'au Liban et en Syrie, rapportant des idées, des religions, des produits et des cultures différents des leurs. De nombreuses céramiques "Tang" du musée Shaanxi reproduisent chameaux et  passagers de ces expéditions. Cela a profondément marqué la ville qui, encore de nos jours, compte une importante communauté musulmane et l'une des plus grandes et anciennes mosquées de Chine.



La route de la soie enrichira la ville culturellement et commercialement.
Les musées que nous avons visités le 19 avril en témoignent. La richesse des collections, les pagodes bouddhistes, les mosquées et certaines stèles chrétiennes prouvent que la Chine de l'époque était ouverte à l'Occident, à sa culture et à ses religions. Bien des explorateurs occidentaux revenant de Chine en ont fait des récits enthousiasmants et ont ramené des techniques inconnues (la poudre noire, les feux d'artifice) et des nourritures toujours appréciées chez nous (les pâtes). Marco Polo a fait ainsi plusieurs voyages.


Nous avons visité la Petite pagode de l'Oie sauvage dont la construction en l'an 700 ap. J.- C., est issue d'une légende bien jolie d'oies tombées du ciel pour nourrir des bonzes affamés porteurs de textes sacrés.
Nous nous sommes promenés dans les jardins de cette pagode. Un vieil homme s'adonnait à une séance de tai-chi. Lenteur, souplesse.


 


Nous avons assisté à la calligraphie de nos prénoms traduits en caractères chinois, par notre guide :  Aurore.






C'est à Xi'an aussi que nous avons assisté après le dîner à un spectacle de danses de la dynastie des Tang. Des histoires d'amour compliquées et des artistes magnifiques, dans des costumes d'une grande richesse.








Puis nous avons fait un tour dans la vieille ville illuminée comme chez nous à Noël. Nous sommes passés devant certains bâtiments tels la Tour de la cloche et d'autres immeubles plus modernes mais toujours dans le style chinois.




Le 20 avril, nous avons foulé de nos pas ces remparts chargés d'histoire et avons même fait en groupe la gymnastique traditionnelle : le tai-chi.
Notre guide avait sélectionné pour nous des mouvements simples à enchaîner, réservés aux enfants: ce qui ne nous a pas empêchés de nous tromper allègrement.


Ensuite, promenade sur les remparts en cyclo-pousse. Quinze minutes qui nous ont replongé dans la Chine coloniale. 




Puis ce fut le musée du jade. Une pierre si dure qu'elle est travaillée avec des éclats de diamant, sous un filet d'eau.
On pouvait croire que le jade était vert. C'est vrai. Mais pas seulement ! On trouve toutes les couleurs: or, brun, rouge, noir et parfois toutes ces couleurs en même temps. Des artistes de grand talent arrivent à savoir où se tiennent les veines de couleurs pour les utiliser dans leurs compositions.

 



Enfin, nous avons apprécié un repas de raviolis. Environ dix variétés aux goûts et textures différentes et savoureuses nous furent proposées et pour finir une soupe dans laquelle étaient cachés une vingtaine de petits raviolis gros comme des pois chiches. Plus la louche vous en délivre dans votre bol, plus la chance, la fortune ou l'amour vous sourira...







L'après-midi fut réservée à la visite du site archéologique de l'armée enterrée et de ses musées.



Parlons de cette armée de soldats en terre cuite qui fait partie de Qin Shihuang Ling, la vaste et grandiose sépulture de Qin Shi Huangdi, premier empereur de Chine. Cet empereur, de la dynastie Qin, réunifia en 221 avant J.-C différents royaumes combattants pour en faire un pays plus fort auquel il donna son nom (Qin devint Ts'in puis Chine). Comme ses compatriotes, il était soucieux de faire un bon voyage vers le Royaume des Morts. Il choisit donc le lieu où il serait enterré  et organisa ses funérailles.

Un tumulus de 100m de haut environ, contenant son tombeau, fut érigé dans une plaine près de Xianyang, capitale de l'époque qui deviendra Xi'an.
Afin d'accéder plus sereinement à l'au-delà, l'empereur décida que son armée  ne serait pas de trop et c'est ainsi que celle-ci fut reproduite dans son intégralité.

Fantassins, archers, conducteurs de chars, chevaux, officiers, généraux, etc., tous furent représentés et reproduits en terre cuite, dans la posture militaire correspondant à leur fonction, face au tombeau et regardant tous vers l'Est.
En observant les détails de chaque statue, nous avons pu remarquer que les fantassins étaient reconnaissables à leur chignon porté sur le côté droit de la tête, que les archers étaient en position de tir, que les conducteurs de chars avaient les mains sur les rênes des chevaux, que chaque visage était différent et que tous les uniformes étaient peints (même si la mise au jour de ces terres cuites a beaucoup altéré les coloris des tenues). Les chevaux aussi étaient représentés en taille réelle. Notons que lors de la cuisson au four, afin de laisser la vapeur s'échapper et accélérer le séchage, il avait fallu pratiquer des ouvertures sur leurs flancs.





 



Toute cette armée en ordre était rangée dans des galeries creusées dans le sol et recouvertes
d'une charpente de poutres et de rondins. Cette protection n'a pas résisté aux incendies criminels  de l'époque. Elle s'est effondrée sur bon nombre de statues qui ont été détruites. Paradoxalement, d'autres ont ainsi été protégées des rigueurs du temps.


Comment cette merveille classée et protégée par l'UNESCO a t-elle été retrouvée en 1974?
On peut en remercier deux paysans qui en creusant un puits pour irriguer leur champ ont ainsi mis au jour une grande cavité. Ce fut alors un travail sans précédent de reconstitution d'un puzzle en 3 D portant sur des milliers de pièces car l'on trouve trois fosses sur ce site. Les archéologues chinois estiment que toute la plaine pourrait être remplie par cette armée dont une petite partie seulement a été mise au jour. Les fouilles continuent à ce jour, les deux paysans sont devenus célèbres, ils ont rencontré différents chefs d'Etat en visite officielle et ont dédicacé leur photo. L'ex président français Jacques Chirac leur aurait dit qu'ils avaient mis au jour la huitième merveille du monde. A mes yeux émerveillés, cela ne fait pas de doute. 

En quittant l'hôtel ce matin du 20 avril, nous avions fait nos valises (elles doivent, en effet, faire le voyage seules jusqu'à notre hôtel de Pékin).
Ce soir, nous avons dîné encore plus tôt que d'habitude et nous nous dirigeons maintenant vers la gare. Nos guides nous font traverser la gare vers notre train: bleu marine et blanc, bas sur roues et rutilant.

Embarquement, découverte de nos compartiments et de nos couchettes. C'est confortable et très propre. Nous avons un wagon pour nous. A l'heure, le train glisse sans secousses vers sa destination. Nous nous faisons livrer un thé, vert bien sûr, et ne tardons pas à éteindre la lumière. Nos paupières lourdes se referment sur toutes les merveilles que nous avons vues.

Demain matin réveil par le chef de train à 6h15.

Pékin, nous arrivons! Reposés et avides d'autres découvertes

 

  



Article rédigé par Annie Desmet
choriste du Choeur "Claye Vocale" (alto)




La Grande Muraille

Quelques impressions sur ce site magique
classé au Patrimoine de l’Unesco

 



Nous avons découvert une partie de la Chine moderne avec ses buildings, ses autoroutes, ses villes très peuplées, ses larges avenues où circulent de nombreux vélos et scooters mais aussi une Chine très symbolique avec ses temples, ses bouddhas et ses croyances. Mais aujourd’hui, nous voilà sur la Grande Muraille. Le nom même fait rêver d’un lieu presque imaginaire et si lointain.


Dans nos projets les plus fous, nous ne pouvions imaginer qu’un jour nos pas fouleraient cette construction mythique. La Grande Muraille, l’un des symboles les plus forts de la Chine, longue de près de 8700 km, matérialise la frontière entre la Chine et la Steppe d’Asie centrale.

 

Cet ensemble de fortifications militaires en fait la plus longue construction édifiée par les hommes. Elle part de la frontière située au nord de Beijing et va jusqu’au désert de Gobi. Elle est ponctuée de tours de guet et de bastions.


"Ceux qui ont grimpé la Grande Muraille sont des Héros" selon un proverbe chinois !

 

Nous avons découvert la Grande Muraille serpentant sous un ciel d’azur, avec un beau soleil, grimpant la montagne entre des terres arides, des garrigues, quelques paulownias en fleurs, et avec une quantité de "petites fourmis" qui s’y promenaient en rangs serrés.

 










Et nous avons fait comme tous les Chinois. Pleins de courage, nous avons escaladé ses hautes marches, avons marché sur ses dalles un peu disjointes et glissantes, avons grimpé ses petits raidillons, avons pris un grand bol d’air, avons évité d’acheter les bricoles « pas chères » qui nous étaient proposées comme partout, avons admiré ce paysage grandiose qui laisse sans voix et où l’on se sent tout petits mais surtout nous avons pris des photos et encore des photos !


Et pour prouver à tous que nous y étions, nous nous sommes pris en photos, nous les choristes de Claye-Souilly ! Claye Vocale sur la Grande Muraille, un moment très fort en émotion !


 



L'une
de nos guides, Aurore, nous a très gentiment calligraphié nos prénoms respectifs. Reconnaissez-vous ma signature en chinois ?

 







Dernière minute

Un article sur le voyage en Chine
du Choeur "Claye Vocale" et sur Xi-An,
a été publié sur le tout nouveau site de Crécy-la-Chapelle
(créé en avril 2009)

L'auteur de l'article : Jacques
a participé à cette tournée






Voir le site de Crécy-la-Chapelle
en cliquant ICI




----------------------------



Article rédigé par Corinne Detourbet et Elise Laude


Grottes de Longmen

 


Que de touristes chinois sur ce site !


Mais qu'y a-t-il donc de si spectaculaire à voir ?


Nous nous laissons porter dans ce bain de foule, en ayant un œil attentif à ne pas perdre nos guides et nos porteurs de drapeaux (et oui, car notre groupe n’a pas de porte voix à l'entrée ou à la sortie pour tenter de récupérer une petite Cécile ou un petit Bernard «photographes insatiables»).


Quelques centaines de pas plus loin, c'est au dessus de nos têtes qu'il faut regarder !

Les voilà, les fameuses grottes. En rang bien serré, nous gravissons les nombreuses passerelles pour admirer de plus près tous ces petits bouddhas alignés !


Ils ornent un grand nombre de grottes, sont de différentes tailles et nous nous prenons au jeu de commencer à les compter : un puis deux (et trois zéro...), dix, cent, mille ... Au total plus de 15.000 sur un même mur, nous ne sommes pas au bout de nos peines !

Certains demeurent encore entiers, d'autres ont perdu au fil du temps têtes ou bras, mais l'essentiel est bien dans le travail accompli. Des sculptures magnifiques, signes d'une dextérité et d'une foi hors du commun.



Revenons sur un peu d’histoire et de géographie.

   

En fait, ces grottes contiennent la plus grande et la plus impressionnante collection d’art chinois datant de la dynastie des Wei du Nord et des Tang.


Les travaux débutés en 493 ont duré six siècles. Pendant ce temps, des artistes se sont succédé pour sculpter la roche. Entièrement consacrés à la religion bouddhiste, ils représentent l’apogée de la sculpture sur pierre en Chine.


Ces grottes sont situées au pied du Mont Yique «porte de la rivière Yihe» à 12 km au Sud de Luoyang, province du Henan. L’empereur Yangdi de la dynastie des Sui appréciant la beauté de l’endroit s’est exclamé d’admiration « N’est ce pas la Porte du Dragon ?». Voilà donc l’origine du nom en chinois, Longmen signifie La Porte du Dragon.

 

Dans les grottes, plus de 2.000 niches sont préservées, abritant quelques 100.000 icônes de bouddhas. Nous nous sommes sentis si petits au pied de la plus grande statue, Buddha Losana, qui mesure pas moins de 17 m 14. En revanche, les plus petits bouddhas de 3 cm auraient pu tenir dans nos mains.







 



Pour clôturer la visite, quelques boutiques nous tendent les bras : nombreux sujets à emporter et surtout à négocier au préalable ; têtes de bouddhas, dragons, …


Un arrêt sur le bord de l’esplanade pour reprendre vie, une pause au bord de la rivière puis nous voilà replongés dans la foule pour un itinéraire de retour déjà connu
.








Pour une vision panoramique du site de Longmen, cliquez  ICI  et  ICI




-----------------------------



Dernière minute

Un article sur le voyage en Chine
du Choeur "Claye Vocale" et sur Xi-An,
a été publié sur le tout nouveau site de Crécy-la-Chapelle
(créé en avril 2009)


L'auteur de l'article : Jacques
a participé à cette tournée





 

Voir le site de Crécy-la-Chapelle
en cliquant ICI







Retour à la page "Dernières Nouvelles"
Cliquez  ICI




 

 







 






Repost 0
Published by CLAYE VOCALE
commenter cet article
3 mai 1994 2 03 /05 /mai /1994 18:51



Nouveau Choeur


Le blog du choeur "Claye Vocale" est à présent desactivé.
Si vous désirez connaître les programmes, l'activité, et toutes les 
informations sur les concerts du
"Festival de Musique de Claye-Souilly"
et du Choeur "Odyssées"
rendez-vous sur le blog
festivalclaye.fr

ou cliquez
ICI




Après la tournée du Choeur "Claye Vocale" en Chine
du 10 au 24 avril 2009




   Echos de Chine  

Article paru dans le journal « La Marne »
du  13 mai 2009


 


Le texte ci-dessous a été proposé au journal "la Marne" pour publication.
Une partie de ce texte concernant la partie "touristique" du voyage a été supprimée par le journal par manque de place.






Tournée triomphale en Chine
pour le Choeur "Claye Vocale"





 

« Quand la Chine s'éveillera... » avait prédit Alain Peyrefitte il y a bien des années maintenant. La Chine s'est éveillée et le "dragon" n'arrête pas de faire des « bonds en avant » et de progresser.


Le Chœur « Claye Vocale » l'a constaté lors de la tournée exceptionnelle qu'il a effectuée en Chine du 10 au 24 avril 2009 à l'invitation de la chorale et de la ville de Jiaxing. La ville de Claye-Souilly était représentée par Mme Solange Mansuy, maire-adjoint, et Mme Madeleine Poissenot, conseillère municipale.


Pour cette tournée, le Chœur était renforcé par des choristes du Petit Chœur du Grand Morin de Villiers-sur-Morin


Trois concerts eurent lieu à Jiaxing et à Zhengzhou.


A Jiaxing, ville d'environ 3 millions d'habitants située au sud-ouest de Shanghai, l'accueil fut particulièrement chaleureux tant de la part des autorités municipales (dont le maire-adjoint, M. Jiang Ren Huan) que de la chorale chinoise elle-même. Une banderole de bienvenue était accrochée à la façade de l'hôtel où les choristes étaient hébergés. Une autre banderole (en chinois et en français) signalait les concerts des 12 et 13 avril.


Le premier soir, un dîner protocolaire aux mets raffinés réunit les « officiels » de Claye-Souilly et de Jiaxing. Discours, échange de cadeaux (dont la médaille de la Ville de Claye-Souilly offerte par M. le député-maire, Yves Albarello) et toasts furent « au menu ».


Les deux concerts donnés par le Chœur, très concentré, furent suivis par un public curieux, attentif et  très vite conquis. Les chants communs réunissant les deux chorales furent, eux aussi, des moments très émouvants de fraternité musicale malgré l'obstacle de la langue.


Le deuxième soir, un repas commun (dans une salle magnifique) réunit les choristes français et chinois ainsi que les autorités de Jiaxing. Après les discours et les toasts, l'émotion fut encore au rendez-vous!


Accueillis comme des stars !

Les Chinois sont des maîtres de l'organisation. Tout avait été étudié pour que ces concerts soient des moments inoubliables tant pour les choristes français que chinois (Jiaxing est encore peu ouverte au tourisme). Tous les moyens modernes avaient été mis en œuvre pour que l'événement ait un écho important : TV (beaucoup de personnes furent interviewées (le chef de chœur, la présidente et plusieurs choristes). Les journalistes de la presse locale firent de même et un nombre incalculable de photos furent prises  lors des 3 jours passés à Jiaxing. Des étudiants parlant français ou anglais avaient été  mobilisés pour faciliter les visites et les relations entre les choristes et les autorités. Nous souhaitons, bien entendu, que les autorités et l'excellente chorale de Jiaxing puissent venir à Claye-Souilly en 2010.


Le troisième concert eut lieu dans la grande salle de  l'Université de Zhengzhou (ville de 8 millions d'habitants située entre Shanghai et Xi'an). 1800 personnes étaient présentes.


L'accueil à Zhengzhou fut tout aussi remarquable : une banderole de bienvenue était apposée sur la façade de l'Université et avant le concert, des centaines de jeunes à pied ou à vélo se précipitèrent au théâtre de l'Université pour venir écouter les choristes français.


Une réception officielle avait, bien sûr, été programmée à Zhengzhou. Le vice-président de l'Université, M. Xing Cheng Li, reçut la présidente, Christiane Cournille, le chef de choeur, Marie-Hélène Caspar ainsi que d'autres personnes de la délégation française.


Tous les concerts de cette tournée ont été enregistrés en vidéo et en audio. Des extraits sont déjà visibles sur Internet
.


D'un point de vue musical et humain, ce voyage aura sans doute été l'un des sommets de la carrière du Choeur Claye Vocale qui fête ses 25 ans cette année.

Quant à la partie touristique, Shanghai, Hangzhou, Shaolin, les grottes de Longmen (dites grottes aux 100 000 Bouddhas), Xi'an, Pékin et la Grande Muraille ont émerveillé les 74 participants de ce voyage extraordinaire. Se trouver sur la Grande Muraille par grand beau temps est un moment que personne ne peut oublier. De même, les choristes et accompagnateurs se souviendront longtemps de l'armées des 6000 soldats (et chevaux) de terre cuite de Xi'an. Shanghai et Pékin valaient évidemment « le détour » car l'on a  peine à imaginer des villes avoisinant ou dépassant les 15 millions d'habitants : Pékin (14 millions), Shanghai (18 millions). Mais nous avons appris qu'il existe en Chine une ville pratiquement inconnue des Occidentaux (Shongqin) qui compte 30 millions d'habitants !


Enfin, Christiane Cournille et Marie-Hélène Caspar eurent le très grand privilège d'être reçues par le Supérieur des moines bouddhistes de Shaolin, M. Shi Yong Xin, et par le Maître qui entraîne les jeunes moines au kung-fu, M. Shi Yan Lu. Une démonstration privée de kung-fu avait été organisée spécialement pour les choristes et accompagnateurs du groupe: cela fut un moment rare.


Ce pays, fascinant de par sa tradition millénaire, l'est aussi en raison de ses contrastes. Passer de la mégalopole de Shanghai au Fleuve Jaune, à la Chine profonde (avec ses milliers de vélos) est tout à fait saisissant. Autre sujet d'étonnement : le réseau routier et autoroutier à la hauteur des ambitions de ce vaste pays.


A noter en particulier la grande propreté des centres de ces villes gigantesques et la présence de nombreux espaces verts, de massifs de fleurs parfaitement entretenus même le long des autoroutes. Les Chinois ont un rapport très fort à la nature. Bien entendu, nous avons constaté que tout n'était pas toujours rose sur les sites industriels où la pollution, parfois, « fait rage ».


Mais il n'en reste pas moins que ce voyage nous aura permis de voir ce qu'est la Chine actuelle dans sa diversité. Il nous aura aussi permis de nous rendre compte que les Chinois sont comme tous les peuples: ils ont envie de connaître les « autres » (nous les avons photographiés et ils nous ont largement photographiés!). Ils s'ouvrent au tourisme et il est assez étonnant de voir des paysans sur leur tracteur ou des cyclistes du fin fond de la Chine un portable à l'oreille.


Ces 14 jours ont été un rêve pour tous les participants. Nous remercions tous ceux qui ont permis la réalisation de cette tournée à marquer d'une pierre blanche dans les annales du Chœur Claye Vocale : les organisateurs et les choristes du Chœur Claye Vocale, les choristes du Petit Chœur du Grand Morin, Anne Dumontier (soprano) et Cécile Chanu (pianiste). Merci enfin à Mme Yuanyuan Li qui nous a aidés à réaliser cette tournée fabuleuse.


Marie-Hélène Caspar






Quelques photos des concerts












La chorale de Jiaxing














Les deux chorales réunies pour les chants communs




Anne Dumontier (soprano)
et une choriste chinoise

 Cécile Chanu (pianiste)
et deux choristes chinoises







































 

Dîner officiel à Jiaxing



 


Réception par M. Xing Cheng Li,
vice-président de l'Université de Zhengzhou
































Concert au Théâtre de l'Université de Zhengzhou



Photos : 
Marie-Hélène Caspar - Christiane Cournille
Claude Gabel - Christian Griveau - Vincent Hababou
jxr.tv





Pour voir les vidéos des concerts faits par jxr.tv
cliquez
 ICI  et  ICI




D'autres documents sur les aspects touristiques de ce voyage
seront publiés prochainement
.



Retour à la page "Dernières Nouvelles"
cliquez ICI





















 
Repost 0
Published by CLAYE VOCALE
commenter cet article
2 mai 1994 1 02 /05 /mai /1994 20:27


Nouveau Choeur


Le blog du choeur "Claye Vocale" est à présent desactivé.
Si vous désirez connaître les programmes, l'activité, et toutes les 
informations sur les concerts du
"Festival de Musique de Claye-Souilly"
et du Choeur "Odyssées"
rendez-vous sur le blog
festivalclaye.fr

ou cliquez
ICI



   Voyage en Chine
   

 


Le Choeur "Claye Vocale" effectuera une tournée en Chine
du 10 au 24 avril 2009




Des choristes venant d'autres chorales
participeront à cette tournée
et notamment des choristes du "Petit Choeur du Grand Morin"
que nous accueillons chaleureusement,
ainsi qu'Anne Dumontier (soliste)
et Cécile Chanu (piano),
professeur au Conservatoire de Claye-Souilly.



Nous remercions Madame YuanYuan Li
d'avoir permis la réalisation
de cette tournée
qui sera l'un des grands moments
de l'histoire du Choeur


---------------


Pour vous mettre dans l'ambiance,
écoutez cette musique chinoise
en cliquant sur le triangle blanc
 

 

 

 

 

 

 




Programme du voyage


 

Vendredi 10 avril : Départ de CDG pour Shanghai 


Samedi 11 avril : Arrivée à Shanghai. Transfert à Jiaxing.


Dimanche 12 avril : visite de Jiaxing (matin). Répétition (après-midi).
19h : concert avec un chœur chinois. 

 

Lundi 13 avril : visite de Wuzheng (village typique de la région).

19h : concert avec un choeur chinois. 


Mardi 14 avril
 : départ en bus pour Hangzhou,
chef-lieu de la région du Zhejiang.
Visite de Hangzhou, ville du thé vert et de la soie. 

Mercredi 15 avril : visite de Hangzhou 
Promenade en bateau sur le Lac de l’Ouest.
Pagode des Six harmonies.

Retour en bus à Shanghai. Visite de Shanghai de nuit.


Jeudi 16 avril : visite de Shanghai :
musée de Shanghai, vieille ville, temple de jade.

Le soir : avion pour Zhengzhou. Nuit à Zhengzhou.


Vendredi 17 avril : départ pour Shaolin (visite). 

19h 30 : concert avec la chorale de l’Université de Zhengzhou.


Samedi 18 avril : départ pour Luoyang en bus.
Visite à Long Men des grottes aux mille Bouddhas.

Nuit à Sanmenxia.


Dimanche 19 avril : départ pour Xi'an.

Visite du site : armée des soldats en terre cuite. Spectacle de danses.

 

Lundi 20 avril : Xi'an. Visite des remparts et de la Tour de la Cloche.

Visite de la Grande pagode des Oies Sauvages. Musée de Xi'an.

Train de nuit jusqu'à Pékin.


Mardi 21 avril : arrivée à Pékin. 

Visite de la ville : Place Tien-An-Men, Palais Impérial et Cité Interdite, Palais d'Été.


Mercredi 22 avril : visite de la Grande Muraille. Retour à Pékin.

Spectacle de l'Opéra de Pékin.


Jeudi 23 avril : Temple du Ciel, promenade dans les "Hutongs",
les vieux quartiers de Pékin aux ruelles bordées de maisons anciennes.

Vendredi 24 avril : départ pour Paris.


 



   La Chine  


La Chine est l'une des plus vieilles civilisations du monde. C'est aussi le pays le plus peuplé avec 1 milliard 350 millions d'habitants et la 3ème puissance économique.

L’encyclopédie Wikipédia donne des informations très complètes sur cet immense pays (cliquer ICI)

chine2-copie-3.jpg chine3-copie-2.jpg chine-copie-1.jpg



Nous vous invitons maintenant à faire un voyage virtuel
à travers les principales étapes de ce périple.








shanghai2010.jpg

Shanghai, la « perle de l’Orient »



La ville de Shanghai est une des plus grandes villes du monde (près de 20 millions d'habitants). C’est aussi désormais le plus grand port du monde (avant Rotterdam, Hong Kong et Singapour).

Shanghai est située sur la rivière Huangpu. Elle se compose de deux parties distinctes: Puxi et Pudong (qui signifient respectivement à l'ouest et à l'est du Pu). La ville s'est développée tout d'abord exclusivement à Puxi mais depuis quelques années, sous l'impulsion du gouvernement, Pudong est devenue une zone de construction hi-tech ou les entreprises et gratte-ciels se multiplient.


L'avenue Nanjing (cinq kilomètres) fut autrefois la grande artère de la Concession dite internationale. Elle est considérée maintenant comme le vrai centre de Shanghai et elle offre souvent dans sa partie ouest, près du fleuve, le spectacle d'une indescriptible cohue de piétons.


L'émergence de la ville comme centre financier de l'Asie-Pacifique, au XIXe et au XXe siècle, s'est faite dans la douleur, avec une occupation étrangère de la ville pendant plusieurs décennies. Dans les années 1920 et 1930, Shanghai a été le théâtre d'un formidable essor culturel qui a beaucoup contribué à l'aura mythique et fantasmatique qui est associée à la ville depuis cette époque. Après la fondation de la République de Chine et la guerre sino-japonaise (1937-1945), l'avènement de la République populaire de Chine a muselé la ville économiquement et culturellement, considérée comme un foyer de bourgeois et de dépravation, jusqu'à ce que Deng Xiaoping en 1992 décide de promouvoir le développement de la ville. Il semble aujourd'hui que la ville soit en passe de retrouver la place de centre financier de l'Asie qu'elle occupait auparavant. Sa croissance à deux chiffres, sa mutation cosmopolite et son essor culturel l'appellent à devenir une métropole mondiale, aux côtés de New York, Londres ou Paris. En 2010, elle accueillera l'Exposition universelle qui se tiendra pour la première fois, depuis 151 ans, dans un pays en voie de développement.


Parallèlement à Pékin, Shanghai est un foyer d'activités culturelles de plus en plus proche des standards occidentaux : la Biennale de Shanghai, les galeries d'art contemporain comme Shanghart en sont des exemples.


A citer encore l’Opéra, le Musée National, le Musée des Beaux-Arts, le Centre de sculpture, le Musée Lu Xun, le Mémorial du siège du 1er Congrès du Parti communiste chinois, etc




Shanghai10.jpg Shanghai30.jpg


Shanghai20.jpg Shanghai40.jpg



shanghai50.jpg

Pour de plus amples informations, cliquez ICI






Jiaxing, un havre touristique


Le Grand Canal Beijing-Hangzhou s’étire sur 1794 km, mais à Jiaxing, il semble étendre deux bras pour embrasser la ville, de sorte que celle-ci est véritablement un pays de riz et de poissons et une ville d’eau pittoresque.


Le lac Nanhu, dont les eaux se couvrent souvent de brume, offre un paysage enchanteur. Le lac Nanhu, ainsi que les lacs Xihu de Hangzhou et Donghu du Shaoxing sont considérés comme les trois lacs célèbres du Zhejiang. Sur le lac Nanhu, le fameux bateau qui y est ancré évoque un des moments forts de la révolution. Ce bateau est considéré comme le berceau de la révolution chinoise, car le Parti communiste chinois y a été fondé en juillet 1921.


Assister au spectacle du mascaret du Qiantang est une activité touristique fort populaire à Jiaxing. Cette marée se forme sous l’influence de l’attraction de la lune et du soleil et de la topographie de la baie de Hangzhou. Au 18 du huitième mois lunaire, des centaines de milliers de visiteurs affluent à Haining, lieu idéal pour admirer ce spectacle très prisé.


Jiaxing s’enorgueillit également de nombreux personnages célèbres. À part les personnages de l’ancienne époque comme Lu Zhi, haut dignitaire de la dynastie des Tang (618-907), Wu Zhen, calligraphe des Yuan (1207-1367), et Zhu Yizun, poète des Qing (1644-1911), on peut citer l’écrivain Mao Dun, originaire du bourg Wuzhen du canton Dongxiang, considéré comme le père du roman contemporain chinois avec son œuvre Minuit, le caricaturiste Fen Zikai, ainsi que Jin Yong, un romancier connu pour ses romans sur l’histoire de chevaliers errants.


Jiaxing-zhouzhuang-copie-1.jpg



Wuzhen, la ville aux 120 ponts

Wuzhen est un village typique de la région. Avant l’arrivée des groupes de touristes et l’ouverture des boutiques, le bourg semble calme comme un village d’avant l’époque industrielle. Les habitations bordent la rivière et les boutiques se dressent au pied des ponts. Le rivage s’étend sur un kilomètre au long duquel les pavillons et galeries présentent un charme particulier. C’est le paysage typique d’un pays d’eau du Sud du Yangtsé.

Wuzhen est le berceau du célèbre écrivain chinois Mao Dun. Ses chefs-d’œuvre Le ver à soie au printemps, La moisson automnale et La boutique de la famille des Lin décrivent la vie de ce pays d’eau dans les années 1920-1930. Pour cette raison, c'est ici qu'a lieu la remise du prix littéraire Mao Dun, le prix littéraire chinois le plus important. Ce bourg est un accès nécessaire lorsque l'on se rend de Suzhou à Hangzhou. Pendant la fête Qingming, les pèlerins se rendent à Hangzhou brûler de l’encens et passent par Wuzhen ; au retour de Hangzhou, ils en brûlent encore. Par conséquent, Wuzhen est devenu un marché de l’encens.


wuzhen2-copie-1.jpg wuzhen3.jpg wuzhen_4.jpg


wuzhen.jpg

Pour de plus amples informations, cliquez ICI





 

Zhejiang, l'un des lieux de naissance de la civilisation chinoise 

 


Dès le vieil âge de pierre, il y a environ 50.000 ans, l'homme de Jiande a vécu dans la région occidentale montagneuse de la province. Pendant le nouvel âge de pierre, il y a environ 4.000 à 7.000 ans, les activités humaines se sont prolongées à un secteur plus large, laissant plus de 100 emplacements culturels, y compris ceux appartenant à la culture de Hemudu (il y a environ 6.000 à 7.000 ans), à la culture de Majiabang (il y a environ 5.000 à 6.000 ans) et à la culture de Liangzhu (il y a environ 4.000 à 5.000 ans).

Au 12ème et au 13ème siècles, Hangzhou a servi de capitale à la dynastie méridionale. Au 14ème siècle, avec la désignation de sa frontière, « Zhejiang » est devenu le nom formel de la province. Dans l'histoire de la Chine, Zhejiang était célèbre pour ses industries (construction navale, fabrication de la soie, de la porcelaine, du papier).


En 2001, la population de Hanhhoi était estimée à 1 932 600 habitants. Hangzhou est célèbre pour son lac (Lac de l'Ouest) qui, avec ses parcs, en fait un lieu de villégiature apprécié.





Zhejiang1.jpg zhejiang3.jpg



Zhejiang2-copie-2.jpg

Pour de plus amples informations, cliquez ICI

 

 

Hangzhou, des vestiges historiques et culturels


A 190 kilomètres de Shanghai, au bord du delta du Yangtze se trouve une des plus belles destinations en Chine, la ville de Hangzhou, capitale de la province de Zheijiang.


Ancienne capitale de la dynastie Song entre 1127 et 1279, Hangzhou fut fondée il y a plus de 2 200 ans pendant le règne des Qin. Elle fut l’une des six anciennes capitales impériales de la Chine après l’unification du pays par l’empereur Qin.

Hangzhou est une ville paisible à côté de l’agitation de Shanghai et on y apprécie les promenades dans la nature et la visite des temples comme ceux de la Forêt aux mille Bouddhas.

Même si beaucoup de monuments de cette ville ont disparu, la région de Hangzhou renferme encore bien des vestiges historiques et culturels.

 

La région de Hangzhou produit un thé vert d’excellente qualité. Celui de longjing (puits du Dragon), l'un des plus fameux crus, a plus de 1 200 ans d’histoire ; il était apprécié des cours impériales pour la délicatesse de son arôme.

Hangzhou reçoit des touristes chinois et étrangers toute l'année. Ils apprécient ses jardins et ses pavillons, ses plantations de thé, son temple avec statues géantes et surtout son magnifique Lac de l’Ouest (Xi Hu).
 

Les femmes de Hangzhou sont connues pour être parmi les plus belles de Chine !


Un proverbe chinois dit que « Au ciel il y a le paradis et sur terre il y a Hangzhou et Suzhou. »


On peut découvrir à Hangzhou une construction originale au coeur de la ville. Dans un quartier aux allures parisiennes, on a érigé une réplique de la Tour Eiffel haute de 108 mètres.

Aménagé durant le règne des empereurs de la dynastie Song, le Lac de l’Ouest est un véritable joyau entouré de montagnes. Il est possible de faire des promenades en bâteau pour découvrir les différentes îles avec leurs pavillons anciens, des jardins magnifiques et de très belles pagodes.


Les rives du lac Xi Hu sont bordées elles aussi de magnifiques pavillons et des belles pagodes comme la Pagode des Six Harmonies, la Pagode Leifeng ou la Pagode Baochu.


A Hanghzou, on peut encore visiter le temple Linyin construit en 326. C’est un monastère qui abrite un bouddha en bois de 32 mètres de haut.


 

hangzhou.jpg 

 

 

 

Hangzou3.jpg

Hangzou2.jpg

Pour de plus amples informations, cliquez ICI




Xi'an, berceau de la civilisation chinoise

 


Xi'an se trouve sur la rivière Wei, dans le bassin du fleuve Jaune, en plein centre de la Chine Han actuelle. A l'emplacement de l'actuelle Xi'an et de sa banlieue, il y a eu plusieurs villes impériales au fil des siècles qui se sont réparties dans un rayon de 40 km. Ainsi, quand on mentionne l'actuelle Xi'an, cela se réfère souvent à la région de Xi'an et à ses anciennes villes. La région est habitée depuis fort longtemps et les dynasties royales et impériales s'y sont établies pendant plusieurs millénaires.


Sans aucun doute, c'est le berceau de la civilisation chinoise. Depuis des milliers d'années, tous les empereurs, généraux, ministres... ont leur tombeau dans la région. Un tombeau est en fait un site entier sur plusieurs kilomètres carrés avec un tumulus, la tombe enfouie sous terre, l'allée des esprits, les statues, les pavillons... On trouve des centaines de sépultures d’empereurs, de rois, des descendants et hauts dignitaires de l’Empire dans les vallées des environs. Beaucoup ne sont pas accessibles aux visiteurs.

C’est ici que l'unité de la Chine s'est faite (empire unifié vers 200 av. JC sous les Qin). C'est d'ici que la Chine a ouvert des routes gigantesques qui allaient jusqu'à Rome, ouvrant  ainsi le pays à des échanges sans précédent: militaires, religieux, philosophiques, commerciaux, techniques... Xi'an a été du temps des Tang une très grande métropole internationale.


Dans les environs, le site le plus extraordinaire à visiter est le  Mausolée de l'empereur Qin, célèbre pour son armée de terre cuite composée de 6 000 guerriers et chevaux grandeur nature. Vieille de 2 000 ans, elle ne fut découverte qu'en 1974 par des paysans alors qu'ils construisaient un puits. En revanche, la tombe de l'empereur, située à environ 1,5 km à l'ouest et recouverte d'un tumulus, n'a pas encore été fouillée par les archéologues et n'est pas ouverte aux visiteurs.

Les mausolées des empereurs des Han occidentaux et des Tang se trouvent également dans les environs, mais peu d'entre eux ont été fouillés faute de techniques de protection. Les sites sont néanmoins devenus des curiosités touristiques comme le mausolée de Wu Zetian et ceux de Jingdi et Wudi de la dynastie Han.

 

 

xian2-copie-1.jpg xian4.jpg xian10.jpg





xian20.jpg

Pour de plus amples informations, cliquez ICI

Pour voir un reportage sur
l'armée enterrée de terre cuite de Xi'An
 cliquez  
ICI

(Affichez la vidéo "plein écran"
en cliquant sur le petit rectangle
en bas à droite de l'image.)



 

Long Men et ses grottes

 


Luoyang, à 600 km au sud-ouest de Beijing, est une des anciennes capitales de la Chine.

L'attraction principale de Luoyang est constituée par les fameux temples rupestres de Long Men creusés et sculptés dans la falaise le long de la rivière Yi. Ce site compte parmi les plus prestigieux témoins de l'art ancien de la Chine.

 

Les grottes de Long Men (lóngmén shíkū, littéralement les "grottes de la Porte du Dragon") se trouvent à 12 kilomètres au sud de la ville moderne de Luoyang (province de Henan). Elles sont situées entre deux montagnes, Xiang Shan à l'est et Long Men Shan à l'ouest. Elles sont consacrées à des sujets religieux.

Les grottes ont été durant des siècles des lieux de pélerinages bouddhistes. L’ensemble du site date des 6ème et 8ème siècles et se compose de plusieurs dizaines de milliers de statues bouddhiques. Elles constituent l’un des plus prestigieux témoins de l’art chinois chanté par des poètes célèbres.

Du nord au sud, les grottes se succèdent sur environ un kilomètre. Avec les grottes de Mogao et les grottes de Yungang, les grottes de Long Men sont l'un des trois plus célèbres sites de sculpture ancienne de Chine.

Selon l'Institut de Recherche des Grottes de Long Men, il existe 2 345 grottes et niches, 2 800 inscriptions, 40 pagodes et plus de 100 000 images bouddhistes sur le site. 30% des grottes datent de la dynastie Wei du Nord, 60% de la dynastie Tang, et moins de 10% pour les autres périodes. La construction des grottes débuta en 493.


A cours de la période des royaumes combattants, le général Qin Baiqi vainquit les forces Han et Wei sur le site.


Les grottes sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis novembre 2000.




luoyang.jpg

Longmen40.jpg

Longmen30.jpg

Longmen20.jpg

Pour de plus amples informations, cliquez  ICI

 

 

Shaolin et ses temples

Les temples Shaolin sont un ensemble de monastères bouddhistes chinois célèbres pour leur association du bouddhisme Chan avec les arts martiaux, le Shaolin quan. Ce sont les monastères bouddhistes les plus connus en Occident. Le nom "Shaolin" signifie « jeune (ou nouvelle) forêt ».


Le temple Shaolin originel est situé sur le mont Song (Songshan en chinois), une des cinq montagnes sacrées de Chine, dans la province de Henan à environ 600 km au sud de Pékin. Fondé vers 497 sous la dynastie Wei du nord, c'est l'un des plus anciens temples bouddhistes de Chine. On rapporte qu'il servit de domicile au moine indien Batuo lors des trente années qu'il passa à prêcher le bouddhisme nikaya en Chine.


Le temple originel fut pillé, détruit et reconstruit plusieurs fois. Les Mandchous le détruisirent en 1647 et massacrèrent presque tous les moines. Il ne sera pas rebâti avant 1800. Un incendie allumé en 1928 par le seigneur de la guerre Shi Yousan détruisit beaucoup de précieux manuscrits de la bibliothèque du temple.

 

En 1972, lors de sa visite en Chine, le Président américain Richard Nixon en compagnie de son conseiller Robert W. Smith, insista pour visiter le monastère. Les officiels chinois qui n'avaient jamais entendu parler de ce Shaolin tentèrent de le dissuader, mais Richard Nixon resta inflexible. Pour atteindre le monastère oublié, il fallut dégager une route au bulldozer et dynamiter les lourdes portes qui refusaient de s'ouvrir. Le temple fut ensuite restauré avec l'aide de fonds japonais par le maître So Doshin, fondateur de la puissante école Shorinji Kempo. Ce n'est qu'en 1981 qu'il fut officiellement ré-ouvert.


S'il reste encore des zones d'ombre dans l'histoire de Shaolin, les spécialistes et auteurs modernes s'accordent tous sur un point : c'est bien là que s'est développé un système de combat complexe et singulier qui restera pendant des siècles la référence de la plupart des écoles d'arts martiaux asiatiques. De nombreux temples Shaolin ont vu le jour à travers la Chine au cours des siècles, notamment un temple renommé (et mystérieux) dans la province de Fujian. De nos jours, en Chine ainsi que dans le reste du monde, des milliers de temples sans relation avec Shaolin, prétendent enseigner son style.

 

shaolin2.jpg
shaolin3.jpg
shaolin.jpg
Pour de plus amples informations, cliquez ICI




PEKIN, la capitale



Pékin est la capitale de la Chine et la 2ème ville par le nombre d’habitants.


Le nom chinois de Pékin est « Beijing »: bei veut dire « nord » et jing veut dire « cité ». « Beijing » signifie donc «cité du nord ».


La ville de Beijing a été créée par l'empereur Yongle de la dynastie Ming en 1402. Il y transféra sa capitale en 1420. Beijing avait alors deux parties : la ville impériale au Nord, et la ville résidentielle au Sud.

Sous les Ming, le pouvoir des eunuques augmente de façon exponentielle et le pouvoir impérial s'affaiblit. L'abîme se creuse entre les fastes de la cité interdite et l'état réel de l'empire. C'est dans ce contexte que les Qing arrivent du Nord Est.


En 1644, les Mandchous imposent leur pouvoir ; tous les chinois doivent alors raser leur front et porter la natte en signe de soumission. La ville du Nord devient la Neicheng (« ville mandchoue »). La ville du Sud devient littéralement « la ville extérieure », Waicheng. Ceci jusqu'à la chute de l'empire en 1911. L'arrivée des occidentaux en 1860 modifie considérablement l'organisation de la ville, avec la création du « quartier des légations » au Sud-Est.


Aujourd'hui, Beijing est une mégapole de 14 millions d'habitants. Ses banlieues et ses zones industrielles s'étendent à perte de vue et ses buildings n'ont presque rien à envier à ceux de Shanghai. Le centre de la ville demeure la place Tien'an men et la Cité interdite où se pressent les touristes. A l'Ouest de la cité s'étendent d'immenses lacs : Nanhai, Zhonghai, Beihai et Qianhai. De nombreux parcs ont été préservés dans cette zone, Beihai Park et Jingshan Park sont les plus beaux.


Au Nord de la Cité interdite et à l'est du lac Zhonghai se trouvent les Hutongs (ruelles étroites), véritables villages à l'intérieur de la ville. Ces quartiers de maisons basses abritent encore le quart des habitants de Beijing, mais, comme à Shanghai, les tractopelles avancent. Vu l'état de ces quartiers, il s'avèrerait très coûteux de les rénover correctement. La solution adoptée est plus radicale : destruction des maisons anciennes et construction de buildings. Si les axes principaux des Hutongs apparaissent sur les cartes, on se perd facilement dans les dédales de ruelles minuscules. Dépourvus de "tout-à-l'égout" et de systèmes sanitaires, les Hutongs sont souvent un peu nauséabonds.


Le style de vie y est encore largement communautaire. La journée se passe en jeux de cartes et apéritifs entre propriétaires de guinguettes et de micro boutiques. Les personnes âgées prennent l'air devant leur maison, les enfants jouent, et bien sûr, le linge sèche un peu partout.


 

peking.jpg Pekin-cit--interdite.jpg


pekin.jpg chine-ou-pekin.jpg


hutong1.jpg

Pour de plus amples informations, cliquez ICI



Pour une promenade dans la "Cité interdite",
cliquez ICI


(Affichez la vidéo "plein écran"
en cliquant sur le petit rectangle
en bas à droite de l'image.





L'Opéra de PEKIN

 

L'Opéra de Pékin ou Opéra de Beijing est un genre de spectacle, né à la fin du 18ème siècle, combinant  musique, danse acrobatique, théâtre et costumes flamboyants et faisant le récit d'histoires tirées du passé historique et du folklore chinois. Dans une gestuelle abstraite et symbolique, riche en contenu dramatique, les comédiens, chanteurs, danseurs, clowns et acrobates incarnent des personnages du monde héroïque, divin et animal, souvent mis en scène dans des exploits guerriers.




opera-pekin.jpg opera20pekin2.jpg opera-pekin4.jpg



Pour des informations très détaillées, cliquez  ICI   
La lecture de cet article est vivement recommandée si on veut comprendre un spectacle de l'Opéra de Pékin.




La Grande Muraille


Unique construction humaine visible de la Lune (on sait maintenant que ce n'est pas vrai), la Grande Muraille représente l'un des symboles les plus forts de l'histoire de la Chine. Ce mur, long de 6 700 kilomètres, matérialise la frontière entre la Chine et la steppe d'Asie centrale. Le mur était si large que les chariots pouvaient y passer. Les circonstances de sa construction ont nourri une quantité de contes et légendes populaires décrivant les souffrances et les péripéties de ceux qui y ont travaillé.

La Grande Muraille serpente le long des crêtes de montagnes, de collines, à travers des steppes et des déserts. Sa construction dura plus de 2 000 ans (770-476 av. J.-C.) jusqu'à la fin de la dynastie des Ming (1368-1644).


Dès ses origines, la Muraille a eu pour fonction de protéger la frontière Nord de la Chine des cavaleries nomades opérant le long de la frontière. Au fil des siècles et des dynasties d'empereurs, la Grande Muraille ne cessera de s'étendre dans le paysage. L'empereur Qin Shi Huang Di (221 av. JC), l'unificateur de la Chine, lui donnera un dessein beaucoup plus ambitieux. Sur 5 000 kilomètres, une muraille continue s'élèvera bientôt dans le paysage. Entièrement construite en terre battue avec par endroits des parements de brique séchée, des forts et des tours de guet complétaient l'ouvrage. Aux abords, des cantonnements militaires pouvaient héberger une partie des armées prêtes à intervenir sur la ligne frontière.


Sous l'empereur Qui Shi Huang, plus d'un millon d'hommes, de prisonniers, d'esclaves, des paysans et des soldats ont travaillé jour et nuit pendant sept ans. Beaucoup d'hommes sont morts durant cette période. Au cours des dynasties suivantes, quelques réparations ont été réalisées. Des monuments prestigieux ont été construits. La Grande Muraille mesurait alors 6 780 Km. Ce qui n'empêchera pas l'incursion des Mongols. Par chance, ils ne détruisirent pas cette œuvre architecturale millénaire barrant pourtant leur chemin et qui, aujourd'hui encore, fascine ceux qui s'en approchent. Les Mongols faisaient des incursions en Chine car ils voulaient dialoguer avec ce pays et favoriser les échanges. Mais les Chinois les rejetaient car ils les considéraient comme des barbares.

Les empereurs Han (206 av. JC - 220 ap. JC) poursuivront la construction qui s'étendra alors sur 10 000 kilomètres. La dynastie des Ming a continué de restaurer la Grande Muraille pour lui donner la forme que nous lui connaissons aujourd'hui. Sous les Ming, le célèbre général Qi Jiguang inventa les tours de guet. Ces constructions à deux ou trois étages étaient érigées tous les cent mètres. Des soldats y habitaient et on y entreposait des armes et des munitions. Certaines parties seront renforcées et les tours seront équipées de feux d'alarme, pour que les garnisons puissent envoyer des messages urgents par signaux de fumée.

 

muraille4.jpg muraille5.jpg muraille6.jpg

 

muraille7.jpg muraille8.jpg




Pour tout savoir sur la "Grande Muraille", cliquez  ICI


Pour voir des images impressionnantes, 
cliquez
ICI 

(Affichez la vidéo "plein écran"
en cliquant sur le petit rectangle
en bas à droite de l'image)



-------------------------



Les reportages sur Xi'an, la Cité interdite et la Muraille de Chine 
ont été réalisés par Jean Carrey
que nous remercions de nous avoir ouvert sa vidéothèque.

Voir son blog : 
http://blogjean.over-blog.com/



-------------------------



Et pour terminer "en beauté",
cliquez
ICI






Fin de notre voyage "virtuel"
 en Chine





---------------------------




Nous vous rappelons les articles du Blog du Festival
 concernant la musique chinoise.

Vous pouvez retrouver le descriptif
des instruments de musique chinoise
et écouter des extraits musicaux
en cliquant
ICI



---------------------------




Liste des choristes participant aux concerts en Chine

 

ADDAI Annie

AMPEN Patrick

BOUGERET Axelle
BRUGERE Daniel
CHAMAILLARD Marie-Martine

CHAUVAUX Gisèle

CHOPPE Joël

CHOPPE Michèle

COHEN Eliane

CORRADIN Eugénie

CORRADIN Gabriel

COURNILLE Christiane
CUVILLIER Bernard

DE LA BOURDONNAYE Olivier

DESCHAMPS Martine

DESCHAMPS Naëlle

DELETAIN Michel
DESMET Annie
DETOURBET Corinne

FIRMERY Marie

GABEL Sylviane

GRANDEAU Brigitte

GUILLEMINET Elisa

HABABOU Vincent

LAPORTE Sylvie

LATIEULE Christian

LAUDE Elise

LEDUC Jacqueline

LEJUIF DE RONSERAY Joëlle

LIAUME Dany

LIAUME Philippe
LIGNER Jean-François

LIGNER Monique

LOISON Christiane

PIDON Sylvie

POIRET Colette

PRADEILLES Elisabeth

PROCHASSON Véronique
REALE Annie

ROCHER Joëlle

THOMAS Claudine

TRAVET Marie-Madeleine

TUAL Danièle

TWEEDLY Christine

VALLOIS Michel

VERGNIOLLE Françoise

VERGNIOLLE Pierre
---

 


CASPAR Marie-Hélène
Chef de choeur

 
 


DUMONTIER Anne

Soliste

 
 


CHANU Cécile
Piano

 



La délégation française compte au total 74 personnes

 

 

Voir l'article "Echos de Chine" rédigé
au retour de la tournée
Cliquez ICI




Pour retourner sur la page "Dernières nouvelles", cliquez ICI

 







Repost 0
Published by CLAYE VOCALE - dans clayevocale
commenter cet article
1 mai 1994 7 01 /05 /mai /1994 20:57
 

Nouveau Choeur


Le blog du choeur "Claye Vocale" est à présent desactivé.
Si vous désirez connaître les programmes, l'activité, et toutes les 
informations sur les concerts du
"Festival de Musique de Claye-Souilly"
et du Choeur "Odyssées"
rendez-vous sur le blog
festivalclaye.fr

ou cliquez
ICI




  Article paru dans le journal 

  « La Marne » le mercredi 17 juin 2009 




et photos du concert




 

Le « Festival Eclats d'Art » s'est terminé en beauté à la cathédrale de Meaux le dimanche 14 juin. Une centaine de choristes Seine-et-marnais étaient réunis autour du groupe mythique « Los Calchakis » pour un feu d'artifice musical et choral.


Flûtes, charango et autres guitares: tels étaient les instruments que le public put admirer et entendre lors de la première partie. Comme à son habitude Hector Miranda, le fondateur du groupe, présenta de manière souvent humoristique les morceaux, joués et chantés avec un professionnalisme à toute épreuve. Parmi les pièces proposées, on pouvait reconnaître des « tubes » tels « El condor pasa » mais également le magnifique « Canto del cuculi » ou encore « Blanca palomita », « Virgenes del sol » et le virtuose « Estudio para charango ». Le public participa à sa manière à cette fête musicale en applaudissant chaleureusement dans l'attente d'une seconde partie tout aussi émouvante.


Car l'émotion était palpable au moment où les choristes se mirent en place dans le choeur de la cathédrale pour interpréter la « Misa criolla » du compositeur argentin Ariel Ramirez. Cette messe en espagnol composée en 1963 n'a cessé, depuis, de connaître un succès mérité car elle parle au coeur.


Oui, l'émotion était palpable dès que s'élevèrent les premières notes d'un « Kyrie » particulièrement recueilli, sur un rythme de vidala-baguala. Puis ce fut l'allégresse du « Gloria » que reflétaient les visages souriants des musiciens et des choristes. Pour cette pièce, le compositeur avait choisi le rythme de l'une des danses les plus populaires d'Argentine: le carnavalito-yaravi. Après l'exubérance du « Gloria », la foi s'exprimait sur un rythme obsédant de Chacarera trunca dans le « Credo », pièce difficile à interpréter en raison de ses fréquentes ruptures de rythme. Les choristes surent en déjouer tous les pièges en proposant une interprétation tout à fait réussie. Le « Sanctus » sur un rythme bolivien de Carnaval cochabambino » permit à la soliste, Mme Miranda, épouse du fondateur des « Calchakis », de donner toute la mesure de sa voix à la fois ample et magnifiquement timbrée. Le choeur des femmes répondit avec une belle homogénéité pour céder la place dans l'« Agnus Dei » final au choeur des hommes. La triple invocation « Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde prends pitié de nous », se fit dans un silence propice à la prière. Enfin, musiciens et choristes s'unirent pour invoquer une paix qui, malheureusement, déserte, souvent, notre monde.


Pour terminer, il faut saluer le travail énorme accompli par les choristes issus de 4 chorales différentes: le Petit Choeur du Grand Morin » de Villiers-sur-Morin (dirigé par Anne Dumontier), organisateur du concert autour de son président Christian Latieule, le Choeur Claye Vocale de Claye-Souilly (dirigé par Marie-Hélène Caspar), la chorale Chant'Annet d'Annet-sur-Marne (dirigée par Michel Vallois) et enfin des choristes de La Gondoire (St Thibault des Vignes). Des répétitions communes ont permis de donner une couleur particulière à cet ensemble composé pour la circonstance. La musique a beaucoup de vertus et notamment celle de fédérer et de souder des groupes hétérogènes.





Photos du concert





















 










Photos : Juan José Alva - Pierre Berlot - Jean-Louis Pidon


D'autres photos sont visibles
sur l'album de Juan José Alva
Cliquez ICI
puis cliquez sur "diaporama"
et F11 (plein écran)



Et pour finir, nous vous invitons à réécouter
un extrait de cette oeuvre magnifique

(Kyrie de la "Misa criolla")
en cliquant sur le triangle blanc
dans le cadre ci-dessous






Pour retourner sur la page "Dernières Nouvelles"
cliquez ICI



 

Repost 0
Published by CLAYE VOCALE
commenter cet article
1 mai 1994 7 01 /05 /mai /1994 18:39



Nouveau Choeur


Le blog du choeur "Claye Vocale" est à présent desactivé.
Si vous désirez connaître les programmes, l'activité, et toutes les 
informations sur les concerts du

"Festival de Musique de Claye-Souilly"
et du Choeur "Odyssées" (qui a remplacé le Choeur "Claye-Vocale")


rendez-vous sur le blog
festivalclaye.fr

ou cliquez
ICI




  


Un très beau concert de musique de chambre


  Le Music Trio  
  clôture la saison en beauté 




 Martine Jacotin (harpe) -
Thierry Boiteux (flûte) - Michel Tavernier (basson) 




 

Le dernier concert des « Dimanches Musicaux du Festival » a remporté un vif succès le dimanche 17 mai en l'église Saint Etienne de Claye-Souilly.


Le « Music Trio » composé de Martine Jacotin (harpe), Thierry Boiteux (flûte) et Michel Tavernier (basson) se produisait, en effet, pour faire découvrir des pièces de musique classique dont certaines étaient très connues du public mélomane comme « Greensleeves » (peut-être composé par le roi Henry VIII pour l'une de ses épouses ?), le « Canon » de Pachelbel que beaucoup d'instrumentistes ont joué ou encore le célébrissime « Menuet » de Mozart.


Ce concert avait une autre ambition: faire découvrir des compositeurs injustement méconnus comme J. C. Albrechtberger (1736-1809) (« Partita in C ») ou Paul Frommer (contemporain de Wagner) dont la Sérénade (opus 47) a été une révélation et a été particulièrement appréciée par le public.


Le concert se terminait par une très belle composition de Bernard Andrès (1941-) intitulée « Souvenir de Breteuil. Suite de danses dans le style ancien » dédiée au Music Trio. Ecrite en 1989, ce souvenir proustien a fait voyager le public dans différentes régions de France ou de Navarre au travers de ses danses rytmées ou plus sereines (bourrée, passepied, gavotte, tambourin, menuet, sarabande, tarentelle).

L'aspect pédagogique que s'est fixé le Festival de Musique de Claye-Souilly n'avait pas été négligé pour autant puisqu'à la fin du concert, chaque musicien présenta son instrument et répondit avec gentillesse et entrain aux questions d'un public particulièrement intéressé.


Un bien beau concert de musique de chambre !







Photos de ce magnifique concert


















 


Photos : Marie-Hélène Caspar





Voir l'article sur la présentation du Music Trio
en cliquant ICI





Retour à la page "Dernières Nouvelles"
Cliquez ICI

Repost 0
Published by CLAYE VOCALE
commenter cet article
1 mai 1994 7 01 /05 /mai /1994 14:47



Nouveau Choeur


Le blog du choeur "Claye Vocale" est à présent desactivé.
Si vous désirez connaître les programmes, l'activité, et toutes les 
informations sur les concerts du

"Festival de Musique de Claye-Souilly"
et du Choeur "Odyssées" (qui a remplacé le Choeur "Claye-Vocale")


rendez-vous sur le blog
festivalclaye.fr

ou cliquez
ICI





Dimanche 17 mai 2009 - 17h -

Eglise St Etienne de Claye-Souilly


   Concert Music Trio   


Martine JACOTIN :

harpe
   

Thierry BOITEUX :

flûte
   

Michel TAVERNIER :

basson

   




 

MUSIC TRIO



Le groupe Music Trio était à son origine composé d'un hautbois, d'une harpe et d'un basson.


Michel Descarsin, brillant hautboiste, ayant décidé de prendre sa retraite et de ne plus se produire, c'est Thierry Boiteux qui a accepté de se joindre au groupe. La flûte faisant partie de la famille des bois, le répertoire a évolué de façon positive.


Le groupe a participé à une importante campagne de sensibilisation « des instruments rares à l'école » car les animations musicales éveillent des vocations chez les enfants.


Le programme choisi ce jour est classique. Les époques visitées vont de 1600 à 1962. L'œuvre Souvenir de Breteuil écrite par Bernard ANDRES est dédiée au groupe.

 


Martine JACOTIN (harpe)

Après des études musicales au Conservatoire de Toulouse Midi-Pyrénées, Martine Jacotin entre au Conservatoire Supérieur de Paris dans la classe de Jacqueline Borot.


Dès la fin de ses études, Roberto Benzi la fait entrer à l'Orchestre de Bordeaux. Avec Michel Plasson et l'Orchestre du Capitole de Toulouse, elle effectue plusieurs tournées (Etats-Unis, Canada, Allemagne, Italie, Suisse, Amérique du Sud). Elle enseigne alors dans la région de Toulouse et se produit à Caen, Limoges, Pau, Orléans...


De retour à Paris en 1981, elle effectue plusieurs tournées avec la flûtiste Véronique Souhait (Orléans, Paris, Marseille, Metz, Bar-le-Duc, etc.).


Membre de l'Orchestre Pro Arte de Paris pendant 10 ans, elle se produit également avec l'Orchestre Philharmonique de Radio France, l'Ensemble Orchestral de Paris...

Elle enregistre avec le pasteur Jean-Christophe Robert pour l'Église réformée de France.


Très attirée par l'enseignement, elle crée les classes de harpe de Pontault-Combault, Le Perreux, Brie-sur-Marne, Collégien, Chelles et Torcy. C'est dans cette ville qu'elle développe une grande classe. Elle évolue aussi à Dammartin-en-Goële, Othis et Claye-Souilly.

 



Thierry BOITEUX (flûte)

Premier Prix d'Excellence de flûte au Concours Général Léopold Bellan et Médaille d'Or de flûte au Conservatoire National de Région de Saint Maur en 1977, Thierry BOITEUX a obtenu en 1980 le Premier Prix d'Excellence de flûte traversière au Conservatoire National de Saint-Maur ainsi que le Premier Prix d'Honneur de flûte traversière à l'unanimité au Concours International de l'U.F.A.M.

Membre de l'Orchestre Philharmonique de l'Europe, il donne de nombreux concerts en Quintette avec les solistes de l'Orchestre du Théâtre National de l'Opéra de Paris.

Membre fondateur du groupe CONFLUENCES (1996), il participe aux Jeudis musicaux de Royan, à des spectacles Découverte (à Sucy-en-Brie), etc.


Depuis 2005, il est membre de l'Orchestre Philharmonique de la Star Academy.
Il a enregistré un CD flûte - guitare chez Harmonia Mundi.



Michel TAVERNIER (basson)


Dès son premier prix au Conservatoire de Lille, Michel Tavernier entre au CNSM dans la classe de Maurice Allard. Après avoir obtenu un premier prix de basson et de musique de chambre, il entame une brillante carrière.


Il a été l'invité de tous les orchestres parisiens (Opéra, Radio France, Orchestre de Paris, Orchestre d'Île-de-France, etc.). Il est musicien titulaire de la Société des concerts Lamoureux et de la Garde Républicaine.

Il se produit dans le monde entier.


Il a participé à de très nombreux enregistrements (notamment pour le cinéma). Ses interventions en province sont innombrables.


Parallèlement, il est professeur à Bourges, Bobigny, Orsay, Choisy-le-Roi, Noisy-le-Grand, Le Perreux, etc.


La retraite ne freine pas ses activités. Il dirige et organise des concerts comme chef de chœur. Il se produit également à Paris comme musicien indépendant avec son Quintette et avec le Music Trio.






Un compositeur : Bernard ANDRÈS


Harpiste et compositeur français (1941), Bernard Andrès découvre et apprend la harpe à 19 ans aux Conservatoires de Besançon et Strasbourg. Il entre ensuite au Conservatoire de Paris où il obtient le Premier prix de harpe (avec félicitations du jury) en 1966. Il sera harpiste solo de l'Orchestre Philharmonique de Radio-France de 1969 à 2005.


Il a enseigné la harpe à Choisy-le-Roi, Fontainebleau, Bobigny et Créteil. Il a également été chef de choeur de l'Ensemble Vocal et Instrumental de la Malmaison de 1970 à 1974.


Ce compositeur prolifique a plus de 50 œuvres éditées à son catalogue. Beaucoup d'entre elles ont été enregistrées par différents interprètes et orchestres.


Il se consacre maintenant essentiellement à la composition et à la diffusion de sa musique, par l'édition et la participation à des masterclasses à travers le monde.


Quelques-unes de ses compositions :


1971 : Narthex pour flûte et harpe

1974 : Aquatintes, Parvis, Préludes, Ribambelle (pour harpe)

1977 : Anachronie pour orchestre d'harmonie

1978 : Le temps chemine pour 4 chœurs mixtes

1986 : Triforium pour 5 trompettes

1989 : Le sentier pourpre pour voix égales et harpe, Le temps perdu pour orchestre d'harmonie, Souvenir de Breteuil.

L'une des ses dernières compositions est un Concerto pour harpe « Le Seigneur des Amin » (2006).

 





Programme du concert



Greensleeves (Variations)
   -  Anonyme anglais (environ 1600)

Canon
    -   Pachelbel (1653-1706)

Les folies d'Espagne (Variations
)   -   Marin Marais (1656-1758)

Menuet
   -    Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1793)

Partita in C
(1772)   -  Johann Georg Albrechtberger (1736-1809)
- Moderato
- Minuetto
- Adagio
- Presto

Sérénade
(opus 47)   -   Paul Frommer

Souvenir de Breteuil.
Suite de danses dans le style ancien
(1989)   -   Bernard Andrès
- Entrée
- Bourrée
- Passepied
- Gavotte
- Tambourin
- Menuet
- Sarabande
- Tarantelle



Affiche du concert

  




Retour sur la page "Dernières Nouvelles" cliquez ICI







Repost 0
Published by CLAYE VOCALE - dans Concerts
commenter cet article
28 avril 1994 4 28 /04 /avril /1994 20:45

 

Nouveau Choeur


Le blog du choeur "Claye Vocale" est à présent desactivé.
Si vous désirez connaître les programmes, l'activité, et toutes les 
informations sur les concerts du

"Festival de Musique de Claye-Souilly"
et du Choeur "Odyssées" (qui a remplacé le Choeur "Claye-Vocale")


rendez-vous sur le blog
festivalclaye.over-blog.com

ou cliquez
ICI



  Article paru dans « La Marne » 
  du mercredi 8 avril 2009 




Le Festival s'est terminé en beauté!




Invitée du Festival de Musique de Claye-Souilly, arrivée le jeudi 26 mars, la chorale « Epilogi » de Limassol (Chypre) a été reçue chaleureusement par M. le député-maire, Yves Albarello, M. Jacques Point et Mme Nicole Vibert, directrice de la Médiathèque, pour un « pot de l'amitié ». Elle a ensuite visité Paris, Fontainebleau et Provins.


L'édition 2009 du Festival de Musique de Claye-Souilly aura marqué le public tant par sa qualité que par sa variété avec, d'abord, des airs et des choeurs d'opéras et d'opérettes, des musiques slaves et sud-américaines. Pour terminer la saison, on ne pouvait trouver mieux que proposer une fête des choeurs.


C'est ainsi que le 29 mars, l'Ensemble « Vox Intermusica » de Fontainebleau (direction Henri Sattler), le Petit Choeur du Grand Morin (direction: Anne Dumontier) et la chorale « Epilogi » de Limassol (Chypre) (direction: Nenad Bogdanovic) se succèdèrent dans un répertoire allant de la Renaissance à la liturgie orthodoxe et aux chansons populaires (celles proposées en particulier par les choristes chypriotes), de Schubert à Duruflé en passant par Fauré, Jehan Alain et bien d'autres encore.


Le Choeur « Claye Vocale » se joignit aux autres choeurs pour clôturer ce beau concert sous le signe de l'Italie avec « Signore delle cime » de Bepi de Marzi (direction Marie-Hélène Caspar) et le célèbre « Choeur des esclaves » du « Nabucco » de Verdi.


L'ambiance fut, bien entendu, très festive. D'autres festivités sont prévues dans un avenir proche puisque la chorale « Epilogi » a invité officiellement le Choeur de Claye-Souilly à se rendre à Chypre.


Dans l'immédiat, le Choeur de Claye-Souilly se prépare à trois échéances importantes: sa tournée en Chine (10-24 avril), le concert avec « Città di Soave » pour le 10ème anniversaire du jumelage entre Soave et Claye-Souilly et le concert de musiques sud-américaines avec Los Calchakis, le PCGM et Chant'Annet le dimanche 14 juin à 15h 30 à la cathédrale de Meaux. 
    




Quelques photos du concert de clôture










 


Chorale "Epilogi"  - Limassol (Chypre)






Nenad Bogdanovic







Ensemble "Vox Intermusica" - Fontainebleau
Direction : Henri Sattler












"Petit Choeur du Grand Morin" - Villiers-sur-Morin
Direction : Anne Dumontier






Photos : Christian Griveau








Choeur "Claye Vocale"



Photo :  Yves Touzard





Retour sur la page "Dernières Nouvelles"
cliquez ICI













Repost 0
Published by CLAYE VOCALE
commenter cet article